Peu de romans ont laissé une telle impression ces dernières années qu’Intempérie de l’écrivain espagnol Jesús Carrasco. Il l’a vu comme sa dernière chance de devenir un écrivain, heureusement le destin s’est lié d’amitié avec lui (et les lecteurs). Toutes les raisons de lui rendre visite à Séville, la ville des ruelles et du soleil brûlant dans le sud de l’Espagne. Nous lui avons parlé sur la terrasse, nous avons été invités à déjeuner avec sa famille, rencontré ses amis dans son jardin communautaire. Plus tard, dans un Amsterdam bondé, nous avons regardé avec lui le match de la Coupe du Monde Australie-Pays-Bas. “Comment pouvez-vous manger à sept heures ?” soupira-t-il ; en tant qu’espagnol, il n’avait pas l’habitude de manger le repas du soir avant neuf heures du soir. “J’irai alors me coucher avec un estomac qui gargouille.”